Consultations

Pourquoi ? Comment ? Motifs de consultation…

Pourquoi Consulter ?

Différentes situations nous amènent à avoir besoin d’accompagnement : le stress, déprime, agitation mentale, sommeil difficile, dépression, manque de confiance en soi, difficulté de concentration, colère récurrente, système nerveux déséquilibré, manque de vitalité. Personnalité inhibée, burn-out, symptômes psychosomatiques. Préparation aux interventions chirurgicales, souvenirs anxiogènes, auto-sabotage, schémas répétitifs, asthénie psychique. Crises d’angoisse, hypersensibilité.

La sophrologie Clinique

Troubles du comportement alimentaire, troubles fonctionnels digestifs, migraines, analgésie des douleurs, dépendance tabac et alcool. (Complémentarité avec médecins et autres soignants).

La sophrologie prophylactique

Le travail peut se faire en prévention, responsabiliser la personne sur sa santé psychique : maîtriser le calme, l’équilibre, l’harmonie, la paix, dynamiser ses potentiels. Renforcement global de la personnalité et de ses structures psychiques positives. Amélioration de la mémoire. Adaptation facilitée aux nouvelles situations. Gestion du temps et surmenage, avec des techniques organisationnelles. Développement des capacités artistiques et créatives.

Qui est concerné ?

Périodes difficiles de transition de vie : divorce, séparation, ménopause, pertes de repères familiaux, déménagement, changement de travail, burn-out, syndrome du nid vide (départ des enfants du domicile).

Licenciement, divorce, burn-out, changement de poste professionnel…

Difficultés relationnelles / aux parents, enseignants. Projection de vie difficile (choix d’une orientation)…

Réalisation objective du nouveau projet professionnel, étapes du parcours en anticipation positive du futur…

Divorce des parents, cauchemars, agitation…

Principal motif de consultation : le stress !

Le stress naît d’une demande de réponse, un besoin d’adaptation face à un ou plusieurs agents stresseurs, vécus comme une agression. Il peut s’agir, d’ordre physiologique ou psychologique, qui déclenche au niveau du système nerveux central une réaction. La réponse hormonale induite par celui-ci, implique l’activation de toutes les fonctions vitales et peut entraîner : palpitations, sueurs, intestins noués, transpiration, peur, panique. Ces phénomènes apparaissent aussi bien lors d’un stress modéré ou aigu. On peut alors constater que les processus conscients sont bloqués pour laisser place aux réflexes archaïques, reptiliens programmés.

Chaque individu a un seuil de tolérance bien précis face à un stress ponctuel ou répété. Celui-ci se construit dans l’enfance et conditionnera ensuite la réactivité émotionnelle. Il y aura là un intérêt à travailler en sophro-analyse.

De nos jours, les types de stress sont essentiellement d’ordre psycho-affectif, la mise en tension des systèmes est en surrégime. La lutte devient chronique et atteint une phase de résistance, ce qui entraîne une baisse du système immunitaire.

Si cette phase devient constante, il suffira d’un évènement pour que le sujet franchisse son seuil de tolérance et arrive dans une phase d’épuisement.

Il n’y a plus d’énergie mentale ni ressources énergétiques corporelles. D’où la possible apparition de symptômes dépressifs, burn-out. Avec une boucle émotionnelle d’impuissance. Le travail consistera à amortir la résonance émotionnelle :

  • Évaluer la situation
  • Apprendre à relativiser
  • Transformer l’échec en expérience
  • Développer l’estime de soi
  • Atteindre la pensée positive
  • Établir une stratégie comportementale
  • Prise de conscience des tensions psychocorporelles et les expulser à l’extérieur de soi par l’expiration.

Échelle du stress d’Holmes et Rahe

Ce test n’a qu’une valeur informative, ce n’est en aucun cas un diagnostic.

Motif De StressScore
Décès d'un conjoint100
Divorce73
Séparation d'avec sa femme ou son mari 65
Temps passé en prison 63
Mort d'un parent proche 63
Blessure ou maladie53
Mariage 50
Licenciement47
Réconciliation (avec sa femme ou son mari)45
Retraite 45
Ennui de santé d'un parent proche44
Grossesse40
Problèmes sexuels39
Arrivée d'un nouveau membre dans la famille 39
Problèmes d'affaires 39
Modification de situation financière38
Mort d'un ami intime 37
Changement de situation36
Multiplication des disputes conjugales35
Hypothèque ou dette de plus de 9 000 € 31
Saisie d'une hypothèque ou échéance d'un emprunt30
Changement de responsabilités professionnelles29
Fils (ou fille) quittant la maison29
Problèmes avec les beaux-parents 29
Exploit personnel marquant28
Épouse se mettant à travailler ou s'arrêtant 26
Début ou fin de scolarité 26
Changement de condition de vie 25
Modification d'habitudes personnelles 24
Difficulté avec un patron23
Changements d'horaires ou de conditions de travail 20
Déménagement20
Changement d'école20
Changement de loisirs 19
Changement religieux 19
Changement d'activités sociales18
Hypothèque ou emprunt de moins de 9 000 €17
Changement dans les habitudes du sommeil16
Changement de rythme des réunions de famille15
Changement des habitudes alimentaires15
Vacances13
Noël12
Amende ou contraventions11

Additionnez les scores correspondant aux expériences vécues durant les 12 derniers mois.

Stress raisonnable : Inférieure à 150
Votre situation est comparable à celle de la majorité de la population. Prenez soin de vous :relaxation, détente.

Stress modéré : De 150 à 199
Vivez-vous une crise passagère ?
Parvenez-vous à relativiser ?
Un stress chronique peut apparaître.
Prenez-vous en main !

Stress élevé : De 200 à 300
Le stress deviendra surement chronique, prenez les mesures adéquates pour le gérer : consultez votre sophrologue.

Stress excessif : Supérieur à 300
Ne craignez pas de vous faire aider. Ce test n’a qu’une valeur indicative et ce n’est en aucun cas un diagnostic. Il montre simplement les impacts physiques, psychologiques et émotionnels des évènements sur la personnalité.

Comment se déroulent les accompagnements thérapeutiques ?

Sur l’exemple des personnes en burn-Out :

Nous déterminerons s’il s’agit bien d’un burn-out, avec un test précis (questionnaire). Selon les résultats nous établirons une liste et l’espace temps du début de ces symptômes : troubles du sommeil, problèmes digestifs, maux de tête, extrême fatigue, anxiété, irritabilité, trouble des fonctions exécutives, repli sur soi, isolement social, ressentiment et hostilité à l’égard des collaborateurs, comportements addictifs, doute de ses compétences professionnelles, désengagement progressif, culpabilité.

En séance, la personne apprend à se connaître, prendre soin d’elle, retour à son intériorité. Écouter et prendre en compte ses besoins, avec une reconnexion au corps. Un travail complet sur la respiration est impératif. Guidance précise avec des relaxations dynamiques (Méthode Caycedo) afin que la personne retrouve de l’énergie et confiance en elle.

Dans la reconstruction, il est nécessaire d’éliminer les tensions, renforcer la détente du corps, favoriser le lâcher-prise, optimiser le sommeil par des techniques à réaliser au quotidien (enregistrement vocal).
Les visualisations en guidance permettent de diminuer l’anxiété. Certaines techniques apaisantes favorisent la prise de conscience de ses propres valeurs de l’existence pour les renforcer.

Projection positive du futur avec des étapes de réalisation pas à pas.
En fin de séance, nous établissons un dialogue, écoute attentive du ressenti de la personne, afin de réajuster, si besoin, l’orientation du suivi de l’accompagnement.

Comment bien appréhender une thérapie avec la sophrologie ?

Comme toute thérapie, l’implication active et motivation réelle du consultant est nécessaire. Le thérapeute ne peut pas faire un travail de fond, si la régularité des consultations n’est pas en place. Ce qui explique qu’un accompagnement sera long, ou si on peut envisager une thérapie brève.

Selon l’importance de la problématique à traiter, il est possible de prévoir des séances plus rapprochées. Il est recommandé de faire quelques exercices au quotidien pour ancrer les résultats sur le long terme et avancer plus rapidement (séquences de 10mn). Le thérapeute ne peut pas « prendre en charge » la cliente, car il ne peut y avoir de notion de dépendance. L’exactitude horaire sera demandée afin de ne pas décaler les consultations des autres personnes, et favoriser le bon déroulement des séances pour chacun.

Certaines pathologies ne peuvent être accompagnées par la sophrologie et nécessitent une prise en charge par un médecin psychiatre : les personnalités borderlines, les troubles bipolaires, la schizophrénie, les psychoses hallucinatoires.

À bientôt pour votre libération