Sophrologie

Je respire, je vis, je suis…

Genèse de la Sophrologie

Les racines grecques du mot ‘’sophrologie’’ permettent de comprendre la richesse et les divers champs d’application de cette discipline

À l’époque de la tanière, l’homme n’a pas de regard sur l’autre. Puis vient le temps du regroupement avec notion d’organisation. Le langage réunit les individus. La conscience devient alors universelle.

Qu’est-ce que la sophrologie ?

La sophrologie est une discipline psychocorporelle non tactile. Elle permet le lâcher prise, la gestion de la charge mentale et l’équilibre entre vie personnelle et professionnelle. C’est la science de l’harmonie de la conscience en passant par le corps et l’esprit. Aboutir à la connaissance de soi, atteindre la paix, la sérénité et s’ouvrir aux valeurs de l’existence. C’est permettre à un individu d’accéder à son pouvoir d’investigation sur son monde intérieur et sur le monde extérieur. Selon le professeur Caycedo, neuropsychiatre et fondateur de la sophrologie : le corps, l’âme, l’esprit et la conscience sont une seule et même chose. La finalité de la sophrologie est d’essayer d’acquérir le sens de notre propre existence. Toute action positive dirigée vers notre corps ou notre mental a une répercussion positive sur notre être tout entier.

Comment la sophrologie peut vous aider :

La sophrologie peut soulager et résoudre certains troubles en accueillant les manifestations, impressions, ressentis, perceptions, émotions, sensations. Sans jugement, sans interprétations, de manière factuelle. Le but étant d’obtenir une attitude intérieure de tolérance face à soi-même. Un regard tout neuf, une première découverte et compréhension de votre fonctionnement qui va permettre de libérer les blocages, schémas répétitifs, auto sabotages. Elle renforce l’estime et la confiance en soi, le sentiment d’efficacité. Améliore la concentration, apprivoise l’anxiété et canalise l’agitation. La circulation de l’énergie est retrouvée, équilibrée, reboostée avec un regain de vitalité, pour atteindre la force et l’autonomie de son chemin de vie. « Je respire, je vis, je suis. »

Mon approche de travail

Après avoir effectué une anamnèse (questionnement pour apprendre à connaître la cliente) en début de séance, je peux donc déterminer si la sophrologie est adaptée à la consultante. Certaines pathologies ne peuvent pas être prises en charge, notamment les personnalités borderline et psychotique réservées aux médecins.

Notre niveau de vigilance est variable. Ces variations correspondent à des rythmes de respiration ou de fonctionnement du cerveau. Le niveau de travail en sophrologie me permet de ne pas rompre la communication avec le sujet, tout en obtenant un relâchement musculaire. Être la plus neutre et la moins directive possible, pour obtenir une déconnexion, un repos cérébral et laisser l’alliance thérapeutique se faire. Celle-ci s’obtient grâce à la profonde relation de confiance entre la thérapeute et les clients. Nous pouvons alors travailler à résoudre la composante problématique des consultants.

Selon le ressenti et le lâcher-prise au niveau corporel pendant la séance, j’intègre un mouvement dansé afin de débloquer certaines tensions cristallisées localement. Celles-ci correspondent à la mémoire cellulaire de traumatismes vécus. L’inconscient va alors accepter ou non ‘’d’ouvrir le tiroir’’ de souvenirs à charge négative. Des visualisations pour déprogrammer et reprogrammer sont souvent utilisées. À la fin de la séance, un temps de parole, d’échange, des perceptions de la cliente. Orientation de quelques exercices à réaliser au quotidien pour la consultation suivante afin d’ancrer les résultats.

La sophrologie ne peut en aucun cas se substituer à un diagnostic ou traitement médical.

À bientôt pour votre libération